jeudi 27 janvier 2011

Album or not album ?

Une des problématiques qui m'occupent en ce moment quant à ma production musicale est la suivante : est-il plus intéressant (et pour qui ?) de proposer de nouveaux titres régulièrement ou de les garder en réserve pour un futur album ?

Il faut reconnaître que le format album est peu à peu remis en question par les nouveaux usages venus d'Internet, comme le montrent ces articles (en anglais) du blog Hypebot et du blog Music 3.0.

En tant qu'auditeur, je vais plus spontanément vers l'écoute d'albums que de titres individuels. Mais dans ma pratique musicale, j'aurais davantage envie de vous faire découvrir les chansons au fur et à mesure de leur achèvement, pour l'attrait de la nouveauté... Même si pour vous, toutes les chansons restent nouvelles tant qu'elles n'ont pas été diffusées.

Le problème de l'album, pour un musicien totalement indépendant, est qu'il exige de passer à un moment par une phase assez intense de finalisation (du son global, des arrangements, du choix des morceaux, du visuel). Cette phase, que j'ai personnellement appelée "le tunnel", n'est pas la plus facile à organiser et à gérer quand on fait tout soi-même, même si elle a des aspects passionnants. Une fois qu'on y entre, il faut aller jusqu'au bout, sinon on risque de devoir tout reprendre.

Donc, "Album or not album ?" : je n'ai pas encore trouvé la réponse, mais en attendant, je vais garder le contact en vous proposant régulièrement des aperçus de mon travail, en sons ou en images. Car en tant qu'auditeur, c'est le genre de choses que j'aime recevoir de la part des artistes que j'apprécie.

mercredi 19 janvier 2011

L'album "Monday's Ghost" de Sophie Hunger

Il y a longtemps que je ne vous avais pas fait part d'une de mes découvertes musicales.

Avec Sophie Hunger, auteur-compositeur-interprète suisse, j'ai fait une découverte à retardement.

J'avais pourtant entendu à la radio les titres "Shape" puis "Round and around" au moment de la sortie de son album Monday's Ghost, fin 2008. J'avais été fortement accroché par les chansons, la voix, les arrangements, le mystère qui s'en dégageait.

Peu après, j'écoutai l'album en magasin, un peu rapidement je l'avoue et avec ce son horrible des casques de la Fnac qui rend tous les disques pareils. Etait-ce à cause des mauvaises conditions d'écoute ou redoutais-je de plonger dans une admiration qui risquait de virer à la jalousie, je l'ignore, mais je reposai finalement le disque, en me disant que je surveillerais de loin l'artiste.

C'est presque 2 ans plus tard, à la faveur des traditionnelles listes de cadeaux de Noël 2010 que je repensai à la musique de Sophie Hunger, qui avait entre temps sorti un autre album et joué à Paris.

Je me suis donc fait offrir Monday's Ghost, et dès la première écoute, j'ai réalisé que j'avais sans doute refoulé mon admiration, car je n'avais rien entendu d'aussi bien depuis des années.

Sophie Hunger, c'est une voix magnétique mais pas maniérée, chaleureuse mais pas chichiteuse, capable de jouer sur tous les registres.
Ce sont des chansons remarquablement construites, avec parfois différents mouvements, comme on n'ose presque plus le faire, et qui se paient parfois le luxe de passages en allemand.

Monday's Ghost est un disque qui atteint le juste équilibre entre spontanéité et perfection du détail, dans l'interprétation comme dans les arrangements. Qui d'autre met du trombone à coulisse avec sourdine dans des chansons folk-rock ?
Ses titres sont variés (c'est rare) et même si quelques-uns peuvent sembler à la limite de l'exercice de style, c'est tellement bien fait qu'on se laisse prendre au jeu.

En l'écoutant, vous penserez peut-être fugitivement à Radiohead (période Hail to the thief), PJ Harvey, Jeff Buckley, Björk, Bob Dylan, Fiona Apple, Cat Power, Feist... mais c'est une artiste avec sa propre personnalité que j'ai découverte.

Dire qu'il me reste son récent album 1983 à écouter - là encore, je retarde la chose... Et récemment, le trompettiste Erik Truffaz a fait appel à elle pour chanter sur le morceau "Let me go". Eclectique, je vous dis.

Je vous laisse écouter des titres de l'album à l'aide du player ci-dessous :

et admirer la qualité des prestations de Sophie Hunger avec son groupe dans cette vidéo :


Sophie Hunger / 1983-Now - Your Personal religion from KIDAM on Vimeo.

mardi 11 janvier 2011

Version originelle : "Ma place"

C'est souvent une expérience étrange que de réentendre la première version enregistrée d'une chanson. C'est un peu comme voir des anciennes photos de soi et découvrir qu'on avait une toute autre tête - mais qui nous paraissait normale à l'époque.

L'avantage, en tant qu'auteur de la chanson, c'est qu'on l'écoute avec une oreille neuve, donc presque comme un auditeur externe - même s'il ne s'agit pas de la chanson finale, fruit du travail de studio et/ou de la scène.

L'amusant, pour vous, c'est de découvrir d'où vient la chanson et ce à quoi elle aurait pu ressembler. Ou d'essayer d'y déceler des influences plus notables.

Je suis tombé récemment sur une des toutes premières versions de travail en guitare-voix de "Ma place", qui correspond bien à ce cas de chanson ayant sensiblement évolué. Elle date du 31 août 2007.

Je l'ai mise en téléchargement libre à cette adresse (clic droit ou ctrl-clic pour la télécharger).

Vous pouvez ensuite vous amuser à la comparer à la version qui figure sur l'album "Les mains libres", en écoutant celle-ci à l'aide de ce lien.